parfois le silence


parfois
le silence inquiète
un étrange silence
sans peur mais alors ?
ce que je ne sais pas
que j´aimerais connaître
impatience que violente la durée
parfois le silence
c´est dire & donner
sans geste ni voix
je le sais si bien

petit bonhomme

OM4 - APX400
Rodinal 1+50

petit bonhomme
laisse-moi
sur toi
poser la main
il ne répond rien
le bois
il ne parle pas
laisse moi t´admirer
&
en silence
il continue
mon travail d´admiration

( sur une œuvre de Johannes Rothfuchs )

l´essentiel

OM4 / Foma 400
Rodinal 1+50

quelques planches
un toit
une porte pour nos secrets
toi

on n´aurait pas de jardin
Carpe diem
pas de cuisine
d´art d´amour & d´eau fraîche

pas de lit
nuits blanches & d´autres couleurs
dans  nos yeux

Mais du feu
un feu secret
un feu sacré
un grand feu sans fin

quelques planches
intactes
pour les flammes
c´est nous

helianthos

OM4 / APX400
Rodinal 1+50

le soleil ?
ou quelque chose
comme ça qui brille qui brûle
Quelques uns de ses éclats
viennent dorer à l´entour
Lumière ! je lui ai dit
Elle exhausse mon veux
l´ennuit nous contentera
ni les jours ni l´hiver
n´auront le temps long
avant l´été perpétuel

de tout bois


Olympus OM4 / Agfa APX 400
Rodinal 1+50

on a fait le feu
tu te souviens ?

après
les flammes
le charbon
écrivait
nos poèmes

effleurer


Olympus OM4 / Foma 400 ie 320
Rodinal 1+40

Pourquoi les fleurs ?
tu enlèves la couleur
tu gardes le blanc
de l´hiver & la nuit
intacts Oublie les jeux
enfants qui arrachaient
les tiges ou parfois les
coupaient brandissant
le trophée à maman
Renonce à l´hom
mage trop facile aux
mariés aux morts
aux souvenirs aux belles...
promesses Avec la main
comme un regard caresse
sans
Chemin labyrinthe la
forme des fleurs est
d´une autre nature

lAndArt

Olympus OM4 / 50mm
Foma 400 ie 320
Rodinal 1+40

tu es venue
tu as signé
mes pas égrainent
les pensées
mais j´ai lu
dans la prairie
deux lettres
es-tu venue
qui a signé
j´ai cherché
en vain d´autres
lettres
quelques mots


c´était ma main

Revue 2000 CL
expo. multiple, Foma 400 ie 320
Rodinal 1+40

dans ce creux terrestre
quand la sensation
emporte la raison
un miroir pose une forme de lumière
dans cette toison herbue
mille soleils chacun

c´était ma main ?
une plus grande histoire
commence à coups de fleurs
les corps on ne les voit pas
c´était ma main

enfance

Isolette V modifiée 645
Foma 100 / Rodinal 1+100
expo. multiple


les ancêtres blanchis
seront bientôt
recouverts d´un ciel blanc

lui
enfant incomplet
absolument possible

rejoue les racines
cerf-volant
sans ficelle



la voix du faune

Isolette V, Foma 100
double exposition
Rodinal 1 + 100

sur mon écorce
ton corps

ne regarde
que la sève

qui s´écoule
vers l´est

ma tête
s´est perdue

dans un bout
de ciel

puis on regarde
fleurir la nuit

la main hors-champ
ou seulement

dissimulée
entre tes racines

faille

chambre 18x24, fabric: personnelle
Ceronar 1:6,3 - 240mm
neg. papier 7 Rodinal 7 paille de fer etc.

cette appadisparition
a perdu toute dynamique
j´ai j´avais j´aurai
cette présence du cadavre
que berce la rivière
ni au-dessous ni
au-dessus

qu´advienne
corps pourra

une caresse

Vivitar V 2000
Foma 400 ie 320 / Rodinal 1+40

de cette arbre
ne reste qu' un peu du sein
qui étais-tu
femme de la forêt je
crois te connaître
j' ai vécu une autre vie
aussi j' ignore encore
entre quelles mains
j' existerai une dernière fois
belle arbre
sache que ta beauté
n' est pas morte avec toi


là (440)

Vivitar V 2000
Foma 400 ie 320, Rodinal 1+40

c' est une cathédrale
c' est un violoncelle
c' est un corps féminin
c' est la possibilité d' exister
avec la pluie & le soleil
tandis que mes mains
renversent l' air immobile
tu chantes dans la vie d' à côté
assise sur le bord de la baignoire
Quel est cet oiseau
à ta fenêtre il tient une lettre
c' est une cathédrale
c' est un violoncelle
c' est un corps féminin
c' est la possibilité de commencer
entre ses quatre doigts
même pas un mot
entier A commence
l' alphabet A roulée sur
elle m' aime une lettre
c' est assez pour qu' un oiseau
ou un papillon ou un ange
la porte que l' un & l' autre
sache lire entre l' A
& l' immensité de cette musique
que dire qu' un oiseau puisse
enlever & porter & donner ?

invention à quelques voix

Vivitar V 2000
Foma 400 ie 320, Rodinal 1+40

prendre la lumière quel
ques pincées devraient suf
fire plonger l' ombre
dans une solution de conti
nuité le rouge-gorge s' étr
angle avec un ver mou
lu solution de Conti
je comprenais la couleur du
piaf mais pourquoi l' om
bre s' est-elle brisée
sous nos yeux fermés ?

Δ

Agfa Silette Prontor SVS
Foma 400 / Rodinal 1+50

l' important c' est Δe savoir Δ' où vient le vent
non ils se Δisputent nous Δit Arrabal (le troisième
larron semeur Δe zizanie Δort Δéjà je crois)
l' important c' est Δe savoir où va le vent
tanΔis qu' un autre personnage...

moi je vois un homme brisé Δit-il
montrant l' arbre non il s' interroge seul
moi je vois un triangle Δe femme
qu' a levé le vent là & Δ' où avec la jupe
& autres iΔées dans la tëte

elle (m') a dit

Kodak 200 (couleur), ie 400
Rodinal

je sais seulement que j' ai commencé à voler.
on verra.
c' était hier
& la photo datée de 2002 un étrange
murmure emportait l' hiver
il faisait froid encore
pour la première fois
nous étions nus sans trembler
sans la nuit 
nous avons ramassé quelques plumes
& bu un café
elle (m') a dit
pour arriver à la grandeur du silence
je pourrais sourire aux gens qui se taisent
puis nous avons disparu
la main dans la main
 

le verre

ICA Sirene 135
PF 9x12 Foma 100, Rodinal 1+100

quand elle se lève au mi
lieu de la nuit sans un br
uit elle gagne sur la poin
te des pieds le salon elle
prend un verre y verse du
Cherry puis s' assied moi
tié nue moitié vêtue dans
le fauteuil elle boit lente
ment la cerise je la regar
de & je touche ses lèvres

à corps perdu

ICA Sirene 135
9x12 Foma 100ie 80, Rodinal 1+100

dans certaines conditions de lu
mière son corps apparaît éloig
né de l' instant depuis longtem
ps - la relative absurdité de no
s préoccupations nuit à l' obs
ervation - il se passe de regard
je le sais qui respire qui t' app
elle que tu prends & que tu me
rends les vagues & les amarres
se dénouent le vent les yeux fra
gments bouches sexes mots hu
mains déposé(e)s sur tes seins

rendez-vous

Olympus OM 4
Agfa APX 100 / Rodinal 1+50

à l' ombre se cachent
je suivrai le mur
mure dans l' ombre
une ombre encore plus
sombre mon rêve prend
l' eau & le vin m' ass
omme le bruit d' un fruit
qui tombe ( le ) murmure
dans l' ombre a une bouche
deux lèvres des mains
qui recommencent
avant la fin je ne dis
rien de ce qu'il fallait
dire - il fait beau
- tu as froid point d' inter
ruption quelqu' un vient
j' entends le silence
des pas dans
la peur dans
l' avenir ou la neige
c' est pareil

beau miroir

Olympus OM 4
Agfa APX 100 / Rodinal 1+50

beau miroir nos yeux
ont passé l' âge des caresses
contre la mémoire
tu répands une eau sans profondeur
- Regarde-moi !
froide & lisse & lointaine
- Qui est-ce ?
j' imagine que tu le sais
dans ton dos
il y a quelqu' un
dont l' image est plus
forte que la tienne 
 

douane


sténopé 6x45, Foma 100
Rodinal 1+100, 1 heure

je déclare

mon amour infini
dans une valise
trois chaussettes deux slips
une chemise un pantalon
l' horizon collé sous
une vieille paire de bottes
un orgue un livre blanc
ton crayon merveilleux
& le droit irréductible
de passer

2

Revueflex 2000 CL
APX 400 ie 320, Rodinal 1+50

Prends !
elle a dit
 ma main trop petite
ne l' était plus
Merci
j' ai répondu
sans te quitter
des yeux 

-

sténopé 645, mouvement/exposition multiple
HP 5+ / Rodinal 1+100, 1heure

l' hématome vertueux
de son image à même
le corps
 

le lac

sténopé 645(fabrication maison)
HP5+ / Rodinal 1+100, 60 min.


je ne sais pas ce qu' il y a
dessous je regarde le lac
des racines ? les racines sont
partout attachent les hommes

aux origines les herbes les fleurs
à la terre j' aimerais être un
arbre qui marche si l' horizon
s' est arrêté pourquoi je devrais

attendre encore J' m' en souviens
du vieux chêne dans la chan
son d' abord il donnait
l' ombre & la fraîcheur aux

bécots enflammés puis son écor
ce aux romances il a finit en me
nuiserie il a finit encore & enfin
en fumée je regarde le lac

la cabane...


sténopé 645 (fabrication personnelle)
35mm / f:+/-288
HP5+ / Rodinal 1+100, 60 min.

la cabane me conviendrait
j' irais en vie parallèle
retrouver qui ou quand
 nous voudrons d' autres fois
qu' importe si le jour si la nuit
 on entendrait la scie mordre
 & des tas de mots sans importance
tomber dans la sciure
 on s' embrasse je jouerai
 la musique pour rien c' est
comme ça qu' elle enchante
un jour en hiver quand les arbres
 sont nus un oeil c' est toujours
l' oeil qui commence
forcera le secret de la cabane
 & même s' il ne (les) voit pas
il racontera un jour en hiver ils
sont nus couchés dans un livre

un jour

Olympus 35 RC / APX400
Rodinal 1+100, 60 min.

c' est parce qu'il y a cette barrière
en haut de l' escalier
que je franchirai les marches
quand je ne sais mais j' irai

tu es là-bas
je sais bien
toi aussi
tu attends
j' éspère

il n' y aura pas cette lumière blanche
il n' y aura pas d' ombre
mais il faut dire l' au-delà des mots
on s' ivrera de lumière blanche

tu es là-bas
je sais bien
...

tu saignes tu me demandes
non je me suis écorché
c' est déjà bleu tu te penches
n' y pensons plus

...
toi aussi
tu attends
...

- comment nous cacherons-nous ?
- au milieu de toutlemonde ( en un seul mot )
sirotant un café en silence
puis on s' enfoncera dans un coin de la nuit

...
j' éspère

équilibre du jour et de la nuit

Nikon FG + Foma 400
Rodinal 1+100, 70 min.

Je pouvais user de bien d' autres artifices
pour équilibrer le ciel & le sol
mais j' ai choisi d' attendre 17 heures 23
Il y eut ainsi pendant 20 minutes
un homme assis sur une chaise au milieu du lac
Voyez-vous, l' image n' est pas sur la photo.

le chemin...

Folding 6x9 non identifié (1930 / 40 ?)
Foma 100, Rodinal 1+100, 1h. stand

...qui nous reste
de chaque côté
mieux que l' infini
il peut toucher la
porte demain ou
continuer toujours
commencé avant
le commencement
nous ne l' avons
pas su  avant de
nous reconnaître

la chambre bleue

OM 4 / TriX / Rodinal 1+50

je laisserai la porte
en bas entrouverte
tu viendras peut- être
la nuit personne ne
t' aura vu tu monteras
un escalier il y a à
l' étage une chambre
bleue sans lumière
si ce n' est la lune
ou le froid j' y vais
souvent m' étendre
puis le froissement
des rêves  écarte bru
talement le sommeil
tu n' es toujours pas là
tu viendras promets-moi