le cri




les fleurs éternelles
nous regardent flétrir

( pierres habillées de poussière reposée )

un grand soupir du ciel
a levé le nuage

( dans l'ombre une ombre que je sais )

- Ne te retourne pas ! a crié le mythe
la couleur laissée au temporel grisera tant que l'histoire raconte

( dans le charnier de verre nos cris sans plaisir)

et pourtant comme une flamme
murmure le monde intouchable


2 commentaires:

  1. Your work is still brilliant, living abroad is doing you good :)

    RépondreSupprimer
  2. Aah ? I'm not sure, but hope you're right...
    thx mMabelle

    RépondreSupprimer