les voix

Olympus OM 4, Foma 400 ie 320
Rodinal 1+50

si la nuit j' invoque
les fantômes
force le jour
de reconnaître
ma folie les voix

n' ont pas cessé
les chaises sont
vides le jardin désert
je ne crois plus
ma solitude

la transparence
après celle
de l' obscurité
après celle
des tissus les plus fins

après celle
de la nudité elle-même
atteint l' horizon
car il y a
aussi le bruit de la mer

de l' est & des
rires enfantins
recouvrent certains mots
les chaises sont
vides le jardin désert
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire