après



Monsieur le Maire de C**
est un vieil homme
quand il marche
on entend comme un frôlement
suivi du bruit franc de sa canne
un homme à poigne sans doute
la main est plus ferme
que les jambes


Monsieur le Maire de C**
désespère de la politique
il ne l'a pas dit
il (se) demandait
Connaîtrez-vous des temps apaisés ?
il sentait dans les beaux discours
le même inutile que bien du sang


Non par ce qui a été fait
mais parce que rien ne change
Sans doute il portait plus la soutane
que l'écharpe tricolore
sans la joie
sans espoir
ce jour


( au-dessus de nous tournait le dernier avion militaire d' Airbus, des enfants on lu quelques passages illustrés & sanguinolents d'un livre de boucherie, les enfants ont accusé, C'est la faute des politiques ont-ils dit, & ils même répété, des enfants bien dociles en rang avec une fleur épineuse & blanche en guise de fusil
une profonde tristesse m'envahit
la solution était si simple, simple accusation; pas la folie des hommes, non les politiques; pas la responsabilité d'un peuple souverain, non les politiques
braves petits soldats...)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire